Sélectionnez votre métier Sélectionnez votre métier

Mars - Au fil des saisons

1. Galles du châtaignier

Le cynips du châtaignier, Dryocosmus kuriphilus, est un insecte nuisible qui crée des dommages importants sur les châtaigniers. Il est apparu pour la première fois en France en 2007 dans les Alpes-Maritimes. En 2010, sa présence est largement répandue sur le territoire.

Galles du châtaignier

C'est un hyménoptère qui provoque des galles sur le châtaignier. Elles sont bien visibles au printemps, elles peuvent se trouver à différents endroits sur les jeunes pousses, les pétioles, au milieu des limbes, sur la nervure centrale et même sur la bogue. Le cynips est un agent de dégâts importants dans les châtaigneraies à fruits. Il provoque également une diminution de la croissance. Il est considéré comme le ravageur le plus important du châtaignier. Il n'existe pas réellement de méthodes de lutte contre le cynips. La lutte chimique par insecticide est très peu efficace ; il est préférable de couper mécaniquement les rameaux atteints et de les brûler. Dans l'aire d'origine du châtaignier (Asie mineur), les populations d'insectes sont régulées par un cortège de parasites.

2. Scolytes

De mars à septembre, il convient de sortir rapidement des peuplements les bois résineux coupés afin d’éviter que les scolytes qui s’y développent se ne propagent sur les peuplements sains. Si vous ne pouvez sortir les bois dans un délai de quinze jours, écorcez les grumes pour empêcher le développement des insectes sous l’écorce. Dans le cas d’attaques importantes il peut être nécessaire d’envisager la mise en place des traitements des tas de bois avec le contrôle des services de l’administration responsable (DSF).Scolytes

3.Elaguer le hêtre

Elaguer le hêtreL’élagage de certains feuillus, et en particulier le hêtre, se fait de préférence à la fin de l’hiver, juste avant la montée de sève du printemps. La période adéquate varie selon le climat et l’altitude : un redoux de quelques jours peut déclencher la montée de sève et il est alors trop tard pour faire l’élagage. Les autres feuillus seront élagués de préférence en été.

 

4. Plantations de printemps

On effectue les plantations au printemps (mars, avril et mai) :

  • sur certains terrains en altitude, fortement enneigés ou gelés en hiver,
  • sur les terrains inondables ou qui se gorgent d’eau en hiver (sur ces terrains, les plantations d’automne échoueraient), tels que les terrains à peuplier.

Plantations de printemps

La saison traditionnelle de plantations est terminée en plaine, toutefois, les plants résineux en mottes, en godets ou en conteneurs peuvent être plantés d’octobre à avril, en respectant les conditions climatologiques et pédologiques locales. 

 

 

 

 

 

6. Choisir ses arbres d’avenir

C’est aussi la bonne période pour le repérage des arbres objectifs dans les jeunes peuplements : l’absence de feuillage permet d’avoir une bonne visibilité et le moment du débourrement (éclosion des bourgeons) permet d’apprécier la vitalité de l’arbre. 

 

 

5. Bois de feu

L’hiver se terminant, il est temps d’effectuer la réception des coupes de bois de feu, pour mesurer (en stères) les volumes coupés.

7. Débroussaillement

Lorsqu’on débroussaille en prévention des incendies, il convient de brûler ou d’exporter notamment pour un débouché énergétique les broussailles coupées (laissées sur place, elles deviendraient encore plus inflammables que si on ne les avait pas coupées). Il faut donc faire les travaux avant la date d’interdiction des feux. Dans les départements du Midi, l’interdiction commence parfois dès la mi-avril. Renseignez-vous auprès de la DDT (direction départementale des territoires) ou DDTM (direction départementale des territoires et de la mer) pour connaître les délais dans votre région. 

 Débroussaillement

Après la marche, les démarches administratives et fiscales 

Bénéfice : 

Le gérant d’un groupement forestier ou le sylviculteur qui est également exploitant agricole imposé selon le régime du forfait doit, avant le 1er avril, fournir à l’administration fiscale l’imprimé 2342 afin de déclarer les revenus forestiers du groupement ou les siens. 

Chasse : 

Tout bénéficiaire d'un plan de chasse individuel doit faire connaître à la fédération départementale ou interdépartementale des chasseurs et, éventuellement, aux propriétaires non titulaires du droit de chasse et qui ne louent pas ce droit, sous une forme déterminée par le préfet, le nombre d’animaux prélevés en application du plan de chasse, dans les dix jours suivant la clôture de la chasse de l’espèce concernée. 

Télécharger le bulletin
d'abonnement à la revue

Article extrait de la revue FORÊT DE FRANCE, la revue nationale de la forêt privée, diffusé auprès des propriétaires et professionnels de la filière forêt-bois.

Par Jérôme
Décembre 2018
Je possède des pinces de 28cm et 21cm d'ouverture et aucune ...
Par Laurent
Décembre 2018
Produit très efficace.
Par Laurent
Décembre 2018
Très bon outil, très pratique. Facilite le travail en forêt.